Un si petit oiseau

Un si petit oiseau

Pavlenko, Marie

Flammarion

  • par (Libraire)
    9 février 2019

    Abi est une jeune fille qui rêve de devenir vétérinaire. Un accident de voiture va l'amener à retravailler ses plans. Mais comment se reconstruire après la perte de son bras ? Lire Blaise Cendrars, nommer son moignon, apprendre à reconnaître les oiseaux ? Autant d'étapes aussi douloureuses que délicieuses que nous délivre ici avec finesse Marie Pavlenko. On plonge, on aime, on a mal, on se relève avec Abi. Un roman pour tous les amoureux de la nature et de la vie.


  • par (Libraire)
    23 janvier 2019

    Abi, 20 ans, a perdu son bras dans un accident de voiture. Alors que tous ses rêves s'effondrent, elle croise par hasard son ancien ami de jeunesse Aurèle, dont elle était secrètement amoureuse. Anonymement, il lui envoie des livres de Blaise Cendrars afin de lui redonner goût à la vie. C'est un roman touchant, avec des oiseaux, beaucoup d'humour, de rires et de sourires, de l'amour aussi, mais surtout de l'espoir. Gros coup de cœur !
    Justine


  • par (Libraire)
    17 janvier 2019

    Abi a 20 ans, et elle a perdu son bras. Elle en veut à la Terre entière, et surtout à son moignon qui a ruiné ses chances de devenir un jour vétérinaire. Mais avec un peu d’aide, de persévérance, d »humour et d’amour, Abi va (ré) apprendre à vivre et à espérer avec un bras en moins.
    Ce livre est rempli de moments difficiles, douloureux, mais aussi d’éclats de rire, d’amitié, d’amour. Un roman magnifique que l’on dévore d’une traite et que l’on oubli pas !
    Marine


  • 13 janvier 2019

    L’accident de voiture, terrible, est le point de départ du récit : Abigail, vingt ans, en classe préparatoire pour devenir vétérinaire et ainsi réaliser ses rêves, y laisse un bras. Sa mère n’a pas pu éviter l’autre véhicule qui brûlait un stop, à cause d’un téléphone au volant. La vie d’Abi ne sera plus jamais comme avant, et il lui faut tout réapprendre, tout : enfiler sa petite culotte, lire un livre, se laver… Isolée du monde – elle s’est recentrée sur elle-même et ne parle plus à ses amis -, elle a déménagé avec sa famille et heureusement que Coline, sa tante de trente-six ans, célibataire et complètement déjantée, l’aide à accepter son sort. Mais chaque fois qu’elle doit gérer son quotidien : faire une lessive, des courses de Noël… tout est plus compliqué, plus lent.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u