À l’approche des fêtes de fin d’année, les difficultés d’approvisionnement en papier peuvent allonger nos délais de livraison jusqu’à 3 semaines pour les livres sur commande (points orange). Nous vous conseillons d’anticiper vos achats et de privilégier les ouvrages en stock (points verts).

Les ombres

Wojciech Chmielarz

Agullo

  • par (Libraire)
    17 septembre 2021

    Roman noir d'une grande tension

    Ultime plongée dans les méandres de la police polonaise. Le Kub suite et fin.
    Deux femmes sont assassinées, l'inspecteur adjoint Kochan, ce flic pourri qui bat sa femme est vite suspecté et recherché. Son arme ayant été retrouvée sur place. Pourquoi ? Le Kub décide de le protéger et d'enquêter. Or une seule affaire serait trop simple !
    Dans "La cité des rêves" la géniale adjointe La Sèche retrouvait, une clé USB. Dans les premières pages on découvre avec elle le contenu... une horreur ! A cet instant tout est lié, 535 pages de violence, de manipulation, de perversion, de poursuites, de manque d'intégrité, et un retournement de situation dans les dernières pages.
    Roman noir d'une grande tension.

    Delphine


  • 26 avril 2021

    policier, Pologne

    Dans ce dernier volet des aventures de l’inspecteur Mortka, le Kub règlera enfin ses comtpes avec l’ombre maléfique qui plane sur Varsovie, le boss Borzestowski. Et pour ce faire, il devra faire le ménage parmi quelques collègues ripoux…

    Même si vous n’avez pas lu les précédents tomes de la série, et même si l’auteur y fait référence, vous vous y retrouverez sans problème dans ce pavé.

    Imaginez le plaisir de découvrir la Pologne, son hiver sans neige, ses étudiants qui cherchent le bon flow, des cadavres qui ressurgissent, des témoins qui parlent 20 ans après, des affaires de moeurs, et n’oublions pas les flics ripoux.

    Mais quelle joie de retrouver le Kub toujours amoureux d’Olga ; la Sèche et son arsenal d’armes à feu ; Kochan obligé de se cacher depuis qu’il a rouvert une enquête classée, le tout sur fond de femmes battues et de jeunes hommes violés.

    J’ai aimé le ton de l’auteur et ses personnages féminins forts, des femmes fortes et amoureuses, qui m’ont rappeler Stieg Larsson.

    J’ai cru qu’après les découvertes de ce tome les enquêtes du Kub prendraient fin, mais le roman se clôt avec le début d’un autre mystère.

    L’image que je retiendrai :

    Celle du carnage dans une ancienne base de missiles atomiques laissée à l’abandon.