Le président des ultra-riches, Chronique du mépris de classe dans la politique d'Emmanuel Macron
EAN13
9782355221408
Éditeur
Zones
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le président des ultra-riches

Chronique du mépris de classe dans la politique d'Emmanuel Macron

Zones

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782355221408
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    9.99

Autre version disponible

" Macron, c'est moi en mieux ", confiait Nicolas Sarkozy en juin 2017. En
pire, rectifient Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot. Huit ans après _Le
Président des riches_ , les sociologues de la grande bourgeoisie poursuivent
leur travail d'enquête sur la dérive oligarchique du pouvoir en France.
" Macron, c'est moi en mieux ", confiait Nicolas Sarkozy en juin 2017. En
pire, rectifient Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot. Huit ans après _Le
Président des riches_ , les sociologues de la grande bourgeoisie poursuivent
leur travail d'enquête sur la dérive oligarchique du pouvoir en France.
Au-delà du mépris social évident dont témoignent les petites phrases du
président sur " ceux qui ne sont rien ", les auteurs documentent la réalité
d'un projet politique profondément inégalitaire. Loin d'avoir été un candidat
hors système, Emmanuel Macron est un enfant du sérail, adoubé par les
puissants, financé par de généreux donateurs, conseillé par des économistes
libéraux. Depuis son arrivée au palais, ce président mal élu a multiplié les
cadeaux aux plus riches : suppression de l'ISF, _flat tax_ sur les revenus du
capital, suppression de l' _exit tax_ , pérennisation du crédit d'impôt pour
les entreprises... Autant de mesures en faveur des privilégiés qui coûtent un
" pognon de dingue " alors même que les classes populaires paient la facture
sur fond de privatisation plus ou moins rampante des services publics et de
faux-semblant en matière de politique écologique.
Mettant en série les faits, arpentant les lieux du pouvoir, brossant le
portrait de l'entourage, ce livre fait la chronique édifiante d'une guerre de
classe menée depuis le cœur de ce qui s'apparente de plus en plus à une
monarchie présidentielle.
S'identifier pour envoyer des commentaires.