Jean-Jacques Karpff (1770-1829) « Visez au sublime »
EAN13
9782754109987
ISBN
978-2-7541-0998-7
Éditeur
Hazan
Date de publication
Collection
Catalogues d'exposition
Nombre de pages
264
Dimensions
28 x 23 x 2 cm
Poids
1336 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Jean-Jacques Karpff (1770-1829) « Visez au sublime »

De ,

Hazan

Catalogues d'exposition

Indisponible

Ce livre est en stock chez un confrère du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander
Le catalogue publié à l’occasion de l’exposition Jean-Jacques Karpff, qui se tiendra au musée Unterlinden de Colmar du 18 mars au 19 juin 2017 met en lumière les différentes facettes d’un œuvre, largement méconnu aujourd’hui, évoluant entre néo-classicisme et romantisme, entre beaux-arts et arts décoratifs.
 
En réunissant les fonds que le musée Unterlinden et la bibliothèque municipale de Colmar ont constitués depuis de nombreuses années avec des œuvres issues de collections privées en France et à l’étranger, il révèle en premier lieu un des portraitistes les plus subtils de son temps dont l’importante production d’effigies, en partie inédite, reflète les transformations propres au genre du portrait autour de 1800.
 
Dans ses portraits dessinés comme dans ses miniatures, Karpff a su lier un regard intime à une exécution d’une extrême délicatesse. Sa parfaite maîtrise technique lui valut les éloges de son maître Jacques-Louis David qui considérait qu’«  on ne peut pas pousser plus loin  l’art du dessin  ». Pour ses miniatures, qu’il traita exclusivement à la grisaille, Karpff inventa un procédé graphique original caractérisé par l’emploi de lignes diagonales saisissant de façon virtuose les effets de lumière, d’ombres et de matières.
 
Au-delà de son activité de portraitiste, le catalogue mettra en évidence l’intérêt soutenu que Karpff porta au cours de sa carrière aux thèmes littéraires de son époque  : dans son œuvre précoce, il figure aux côtés de Girodet parmi les premiers artistes à puiser son inspiration dans le mythe d’Ossian. Plus tard, il illustra les vers élégiaques de la poétesse versaillaise Victoire Babois (1760-1839) qui fut son amie et sa muse.
 
Le catalogue évoque aussi les liens que Karpff entretint tout au long de sa carrière avec les arts décoratifs, dont témoignent, au-delà de la miniature et ses différentes déclinaisons (boîtes, émail), des étoffes imprimées réalisées d’après ses dessins comme plusieurs études dessinées pour l’industrie textile.
 
Ce catalogue permet enfin de découvrir les péripéties d’une carrière artistique passionnante entre Colmar, Paris et Versailles en retraçant ses chapitres majeurs sous la Révolution, l’Empire et la Restauration  : ses années de formation dans l’atelier de David  ; ses activités multiples d’artiste-citoyen à Colmar où Karpff a joué un rôle fondamental pour la préservation du patrimoine artistique religieux et la préfiguration du futur musée Unterlinden, avant de devenir professeur de dessin à l’École centrale de la ville  ; son portrait de l’impératrice Joséphine, prestigieuse commande qui reçut une médaille d’or au Salon de 1809  ; son importante activité de miniaturiste lors des dernières décennies de sa vie à Versailles auprès de Victoire Babois et de son cercle artistique et littéraire.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Viktoria von der Brüggen