Délibérée N° 7
EAN13
9782348043611
ISBN
978-2-348-04361-1
Éditeur
La Découverte
Date de publication
Nombre de pages
96
Dimensions
24 x 18 x 1 cm
Poids
273 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Délibérée N° 7

La Découverte

Offres

En ouverture de ce 7ème numéro qui marque l'anniversaire des 2 ans d'existence de la revue Délibérée, carte blanche a été donnée à Johann Chapoutot, Professeur d'histoire contemporaine, spécialiste du droit nazi, qui au travers de l'exemple de l'Allemagne en 1933, interroge les glissements politiques et juridiques qui précipitent vers la sortie de l'État de droit.
Inégalités partout, Justice nulle part ? C'est la question posée par Délibérée dans le dossier de ce septième numéro. Si le tour d'horizon proposé n'est pas rassurant quant à la capacité de la Justice à lutter efficacement contre les inégalités voire à ne pas elle-même en produire, il parvient à ouvrir quelques pistes de réflexion pour tenter d'y remédier.
À l'occasion de ses rubriques, Délibérée revient sur la situation de la Turquie -où la répression continue de sévir notamment contre les avocats - , donne la parole à une victime de l'incendie de l'hôtel Paris-Opéra sur son long et difficile parcours judiciaire, se lance dans la déconstruction du fantasme des 100.000 "peines inexécutées" en France, et présente enfin, la lutte contre les procédures de dématérialisation de prise de rendez-vous des étrangers en Préfecture.
Dans sa traditionnelle interview, surnommée «audition libre », Délibérée a cette fois choisi d'interroger Christine Lazerges sur son parcours et son bilan après deux mandats exercés à la tête de la Commission Nationale Consultative des Droits de l'Homme : une véritable alerte sans langue de bois sur les atteintes répétées aux libertés fondamentales, et le mépris croissant pour les droits humains et leurs défenseurs et défenseuses par la classe politique.
Enfin, cette nouvelle livraison contiendra également le dernier volet d'une série sur le chiffrement, ainsi qu'une réflexion sur le retour en grâce, depuis quelques années, chez les parlementaires tant de droite que de gauche, des mécanismes d'automaticité dans le choix des peines.
S'identifier pour envoyer des commentaires.