Dictionnaire des mots français venant de l'hébreu. et des autres langues du Levant pré-islamique, Livre
EAN13
9782020971522
ISBN
978-2-02-097152-2
Éditeur
Seuil
Date de publication
Collection
ESSAI LITTE H.C
Nombre de pages
615
Dimensions
23 x 15 x 4 cm
Poids
736 g
Code dewey
442.492
Fiches UNIMARC
S'identifier

Dictionnaire des mots français venant de l'hébreu. et des autres langues du Levant pré-islamique

Livre

De

Préface de

Seuil

Essai Litte H.C

Offres

Conçu à la fois comme un inventaire et comme une enquête, ce dictionnaire part d’un constat aussi évident qu’oublié : nous écrivons tous hébreu sans le savoir tant il est vrai que les vingt-six lettres de notre alphabet en sont pratiquement toutes issues ou, si l’on préfère, de son frère jumeau le phénicien. Son principe même est une invention proche-orientale dans un contexte linguistique sémitique. Notre A vient de l’aleph (a), notre B de bet (b), etc. Aussi, bien que le français soit une langue latine et donc indo-européenne pour sa grammaire et la plus grande partie de son vocabulaire, est-il l’héritier d’une histoire plus vaste, plus ancienne.S’il est aisé de deviner que capharnaüm, amen, alléluia, éden, jubilé ou tohu-bohu sont des mots hébreux puisqu’ils sont tirés de la Bible ou des Évangiles, combien savent qu’il en est de même pour chameau, jaspe, saphir et goujat ? Quant aux spécialistes, combien sont-ils à se douter qu’il en va pareillement d’une multitude d’autres vocables grecs adoptés en français comme asphodèle, basilic, cosmos, morphine, océan, pylône, sophisme ou thalamus ?Cette dernière catégorie de mots venant in fine de « l’hébreu » représente à elle seule près de 50% des entrées de ce dictionnaire. Ils ont fait l’objet d’une enquête systématique où les étymologies conventionnelles (quand il y en a) ont été interrogées, où la vraisemblance des hypothèses jusque-là avancée a été éprouvée à l’aune de la logique et du bon sens.Après des études consacrées aux sciences dures (neurophysiologie, biochimie et entomologie), Patrick Jean-Baptiste devient journaliste scientifique. Il est l'auteur de La Biologie de Dieu: comment les sciences du cerveau expliquent les religion et la foi (Agnès Viénot, 2003) et de L'Affaire des fausses reliques, enquêtes au coeur du trafic des vestiges bibliques (Albin Michel, 2005).
S'identifier pour envoyer des commentaires.