Fables du temps, Essayer voir
EAN13
9782707323651
ISBN
978-2-7073-2365-1
Éditeur
Les Éditions de Minuit
Date de publication
Collection
Essais
Séries
Fables du temps
Nombre de pages
93
Dimensions
19 x 14 x 0 cm
Poids
355 g
Langue
français
Code dewey
700.1
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

Autre version disponible

Autres livres dans la même série

Tous les livres de la série Fables du temps
L’artiste est inventeur de temps. Il façonne, il donne chair à des durées jusqu’alors impossibles ou impensables : apories, fables chroniques.

Essayer voir, ce n’est pas seulement essayer de voir. C’est accorder son regard à la durée d’un « essai », cette forme de pensée à la limite du théorique et du poétique. Forme que l’on retrouve dans Apple T., une œuvre de Miroslaw Balka où se pose la question – déjà littérairement articulée par Aharon Appelfeld ou Imre Kertész – de savoir comment survivre à Treblinka. Forme que l’on retrouve aussi dans une œuvre de James Coleman qui pose à son spectateur la question – déjà philosophiquement argumentée par Ludwig Wittgenstein et poétiquement phrasée par Samuel Beckett – de l’essayer dire, cette parole à trouver face à 散焠極‬潳獵渠獯礠略ⱸ猠⁥潲敢മ഍慄獮氠⁡楲⁥ꂫ慆汢⁥畤琠浥獰뮠㪠഍畓⁲敬映汩

2013. 96 p., 19 illustrations in-texte, 11,50 €, ISBN 978.2.7073.2282.1

Blancs soucis

2013.128 p., 20 illustrations in-texte, 12,50 €, ISBN 978.2.7073.2283.8

Dans la série « Fable du lieu » :

L’Etoilement. Conversation avec Hantaï

1998. 128 p., 18 illustrations in-texte, 13,80 €, ISBN 978.2.7073.1630.1

La Demeure, la souche. L’Apparentement de l’artiste (Pascal Convert)

1999. 180 p., 35 illustrations in-texte, 18 €, ISBN 978.2.7073.1681.3

Être crâne. Lieu, contact, pensée, sculpture (Giuseppe Penone)

2000. 96 p. dont 46 illustrations, 9 €, ISBN 978.2.7073.1707.0

L’Homme qui marchait dans la couleur

2001. 96 p., 16 illustrations in-texte, 10,15 €, ISBN 978.2.7073.1736.0

Génie du non-lieu. Air, poussière, empreinte, hantise

2001. 144 p., 13,80 €, ISBN 978.2.7073.1737.7

TABLE DES MATIÈRES

LE LIEU

MALGRÉ SOI

Miroslaw Balka : Apple T., 2009-2010. « La raison, l’art, la poésie ne nous aident pas à déchiffrer le lieu d’où ils ont été bannis » (5). — Forme, lieu malgré tout (6). — Le pommier, lieu de survie pour Aharon Appelfeld (7). — « Mon corps se souvient mieux que moi » (8). — Réminiscence, témoignage, temps affrontés (10). — Montage du donné et du non-donné (11). — L’origine comme tourbillon (11). — Après-coup, survivance, lieu malgré soi (12). — Survivre à la survie selon Imre Kertész : l’imagination (13). — Le visage réminiscent et le lieu malgré tout : Simon Srebnik (14). — Présent divisé (16). — Politique des survivances : déplacer, reformuler (18). — À qui Auschwitz appartient-il ? (19) — Position de Zygmunt Bauman (21). — Des espaces d’oppression corporelle (23). — La mémoire malgré soi (25). — Revenir à Treblinka (28). — Apparition des pommes dans la nuit (29). — Les pommes de Hambourg et la mort de Warburg (31).

ESSAYER

DIRE

!

"

$

=

B

D

H

¬ >

p

x

|



Ò

h

"

#

$

G

H

S

¬ <

>





Ò

est pas essayer de dire (39). — Il y a voir et voir. Devant le canard-lapin : Gombrich et le vocabulaire, Wittgenstein et la syntaxe. « Voir ceci » n’est pas « voir comme ceci ». Instabilité de l’image et aspects grammaticaux (42). — Le dit clos et le dire en acte. Déjouer les intimidations visuelles et discursives. Contre les jugements de la critique d’art postmoderne (49). — Trouver un phrasé dans les mots qui nous manquent. La description comme geste. Répétition, suspension, anachronisme. Le voir et les voix (54). — L’écriture comme heuristique de l’« essayer-dire » : Beckett et la lumière phrasée (63).

Note bibliographique …………………….………………………………..…. 69

Table des figures ............................................................................................... 70
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Georges Didi-Huberman