Le miroir et la scène / ce que peut la représentation politique
EAN13
9782021182132
ISBN
978-2-02-118213-2
Éditeur
Seuil
Date de publication
Collection
COULEUR IDEES
Nombre de pages
256
Dimensions
21 x 14 x 1 cm
Poids
256 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le miroir et la scène / ce que peut la représentation politique

Seuil

Couleur Idees

Offres

Autre version disponible

La politique, dit-on, serait en crise du fait de l’inadéquation de nos représentants à la réalité qu’ils sont censés représenter : la fameuse «coupure» entre le peuple et ses élites témoignerait au premier chef de ces troubles dans la représentation.

Myriam Revault d’Allonnes prend, en philosophe, le contre-pied d’une approche de la « représentation » qui, dit-elle, réduit à tort cette notion à sa dimension juridico-politique.

Revenant aux sources de la « représentation » (arts visuels, théâtre), puisant aux deux grands paradigmes de la mimesis, la peinture et le théâtre, en compagnie de Platon et d’Aristote, cet essai interroge – au travers de l’élaboration de la notion de « représentation politique » (Hobbes, qui mobilise la métaphore théâtrale), de sa critique radicale (Rousseau, qui récuse la représentation et dénonce le simulacre du théâtre au nom de la « transparence ») et jusqu’aux débats actuels sur la supposée « crise de la représentation » – la question de l’exercice de la souveraineté.

Au terme de l’exploration, surprise : il apparaît que le lien représentatif moderne est fondamentalement lien de séparation. Et que c’est une illusion de penser que la représentation est susceptible de « figurer » de manière adéquate la réalité.

Mais alors, que reste-t-il aux citoyens pour donner corps à la souveraineté politique ? La délibération, la discussion, la contestation, répond l’auteur, toutes modalités d’action non électives qui se donnent à voir et ne s’exercent que dans la non-coïncidence à soi. Alors s’ouvrent de nouvelles et riches perspectives à la représentation dans l’espace du politique, mais une représentation placée dès lors sous le signe de la re-configuration – et non celui de l’impossible figuration.Myriam Revault d’Allonnes est professeur à l’École pratique des hautes études. Elle a notamment publié aux Éditions du Seuil Le Pouvoir des commencements. Essai sur l’autorité (2006), L’Homme compassionnel (2008), Pourquoi nous n’aimons pas la démocratie (2010) et La Crise sans fin. Essai sur l'expérience moderne du temps (2012).
S'identifier pour envoyer des commentaires.