o n l a l u

http://www.onlalu.com/

o n l a l u est un site de critiques et d'informations littéraires animé par une rédaction et ouvert aux internautes.

Papiers
17,90
5 mai 2019

Cahiers d'histoires

On les voit dans la rue, dans les journaux, on parle d’eux dans les médias ;
ils sont sans-abris, sans-papiers, et finissent par se fondre en une masse
indistincte de chiffres qui évoluent, ils s’effacent dans des tentes, sous des
bâches, mais difficile de ne pas les regarder avec honte, impuissance,
fatalisme, parfois colère. Hommes et femmes, enfants, Violaine Schwartz a
rencontré des réfugiés (mot qu’elle préfère à « migrants » ou « demandeurs
d’asile »), les a écoutés et leur a, dit-elle, donné une place sur le papier à
défaut de papiers. Dans ce livre émouvant et juste, elle transcrit le récit de
quelques vies marquées par la tragédie, elle évoque aussi des figures
d’hospitalité, le tout entrecoupé de réflexions sur la langue et de
respirations ailées. Sans pathos, l’auteure est un relais qui passe le
flambeau au lecteur, à son tour dépositaire d’histoires qui viennent de loin
et racontent le monde et notre pays.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

MIDWINTER

Melrose Fiona

10-18

7,80
5 mai 2019

**Cet ouvrage est le coup de cœur de la librairie Tome 7 (Paris) dans le[quoi
lire ? numéro 25
](http://www.onlalu.com/2018/04/03/quoi-lire-numero-25-332838)et celui de la
librairie La Lison dans le [quoi lire ? numéro
69](https://www.onlalu.com/2019/04/30/quoi-lire-69-42448)**

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

Des Hommes en noir

Anne-Marie Métailié

21,00
28 avril 2019

Une invitation au voyage

La Colombie n’est pas guérie de toute violence, mais elle n’a pas plus cette
réputation de coupe-gorge du temps des cartels de la drogue ou de la guérilla
des Farc. Le pays est suffisamment pacifié pour qu’un écrivain puisse y situer
un polar classique, où la justice et la police reviennent aux affaires
courantes : enlèvements, disparitions, fusillades, meurtres. Santiago Gamboa
fait ce constat paradoxal d’un retour aux crimes ordinaires dans un roman
aussi enlevé qu’un air de salsa et aussi relevé qu’un condiment aux piments
rouges. « Des hommes en noir » respecte les lois fondamentales du genre, avec
deux héros juste assez tourmentés pour nous sembler proches, des personnages
secondaires bien typés et une galerie de gros bras pittoresques. La police
colombienne ne s’étant pas encore refait une virginité, ce sont un procureur
et une journaliste qui mènent l’enquête. Un curieux attelage en rupture de vie
familiale, lui maniaque et solitaire, elle portée sur la bouteille et les
rencontres d’une nuit.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

Le vol de la Joconde, roman
17,00
28 avril 2019

Une traversée de Paris

1911 : la Joconde a disparu ! Parfait prétexte pour raconter le Paris du début
du 20e siècle, celui des grands artistes qui y avaient trouvé refuge. Car ils
sont tous là dans ce roman loufoque et drôle, documenté et… libre. L’auteur ne
s’en cache pas : il avoue quelques incohérences pour mieux servir le récit et
personne ne s’en plaindra. Ainsi, lorsque Guillaume Apollinaire et Pablo
Picasso demandent de l’aide à leur ami Le Douanier Rousseau, peu importe si
celui-ci est en vérité mort un an plus tôt, ce personnage farfelu méritait
bien une place dans cette histoire.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

SAM DE BERGERAC

Turoche Dromery Sara

Thierry Magnier

7,40
28 avril 2019

Cyrano d'Aujourd'hui !

C’est en prose, et pour les adolescents que Sarah Turoche-Dromery a choisi
d’adapter Cyrano de Bergerac : le héros se prénomme Sam, il est collégien, et
extrêmement doué en français. Ses rédactions plaisent surtout à Monsieur
Lachique - le « sadique », le « narcissique »… - puisque le jeune garçon
parvient chaque fois à combler les attentes de son professeur, réputé pour
distribuer de très mauvaises notes.
Victor, le meilleur ami de Sam ne peut en dire autant : après une expression
écrite ratée, lu à voix haute par son enseignant, et dont tout le monde s’est
moqué, il n’a plus aucun espoir de séduire la belle Julia… sauf si Sam lui
vient en aide, en lui écrivant une lettre d’amour. Avec l’aide de Claire, sa
grande sœur, qui organise tout, le collégien brillant s’engage alors une
relation épistolaire sincère et passionnée.
Le stratagème fonctionne, puisque Victor et Julia filent bientôt le parfait
amour. Cependant, les talents de Sam s’ébruitent et plusieurs garçons de sa
classe lui demandent rapidement son aide pour écrire des missives à celles
qu’ils adorent…

Supprimant les vers, l’auteure a gardé une liberté de ton et un humour
touchant : l’on rit des subterfuges imaginés par Claire, des dialogues au ton
incisif et provocateur entre les collégiens, mais aussi du héros lui-même,
pris à son propre piège. Comme dans la pièce de théâtre, il finit par se
prendre au jeu, enchaînant les nuits blanches, écrivant jusqu’à l’épuisement.
L’auteure fait le lien entre passé et présent, dépassant les moyens de
communication d’aujourd’hui pour faire découvrir au lecteur le pouvoir des
mots, puisque Sam excelle également en poésie.
Idéal à étudier en classe de quatrième, en prolongement de Cyrano de Bergerac,
en analysant ses aspects intemporels, ce roman peut aussi donner tout
simplement envie de découvrir la pièce originale, qui fut un véritable succès
en 1897.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u