Elizabeth P.

19,50
27 janvier 2022

kintsugi

« Depuis qu'il a laissé tomber le bol, il a laissé tomber quelque chose »
Oui, ce matin, Simon a laissé tomber le bol bleu qu'il utilise chaque matin.
Ce bol, dernier souvenir de son ami d'enfance.
Et ce bol cassé va déclencher en lui un tsunami.
Psychanalyste attentif, il décide de tout laisser tomber et de partir loin, seul, pour tenter de se comprendre, comme toute sa vie il a tenté de comprendre les autres.
Et le voilà parti sur une petite île japonaise, hôte d'un couple délicieux.
C'est un texte tout en sentiments, tout en douceur, tout en introspection.
Le rythme est lent, enveloppant.
Il faut beaucoup de patience pour retrouver ses traces, pour se retrouver.
Akiko et Daisuke seront une merveilleuse rencontre pour aider Simon à y parvenir.
L'ambiance est prégnante, la mer, les jardins, la source chaude, la végétation, la magie des tissus, les céramiques, les nuits envoûtantes...
C'est l'histoire d'une renaissance, la renaissance de Simon.
Les blessures enfouies, celles de l'amour et de l'amitié vont s'estomper et lui redonner sa liberté.
Le kintsugi, l'art de réparer les poteries avec un fil d'or, va l'aider à se réparer.
Sur le coup il m'a semblé ressentir moins d'émotion que dans les précédents livres de Jeanne Benameur, mais plus le temps passe après ma lecture, et plus l'atmosphère poétique et sereine subsiste et je me dis qu'elle a encore réussi un superbe livre.
Un livre plein de beauté et d'espoir.
Un livre apaisant.

27 janvier 2022

« Porca miseria » éructe le père bien imbibé avant de s'affaler sur son lit.
Et voilà, première page, le ton est donné.
Ce n'est pas un roman, ce sont des mémoires.
L'auteur repasse sa vie depuis l'enfance, rue de la Gaieté en banlieue parisienne.
Une banlieue d'immigrés italiens.
Son père est ouvrier et alcoolique.
Sa mère est mélancolique à tendance dépressive.
Des parents qui subissent.
Ni l'un ni l'autre ne se sont vraiment mis au français, ce sont le frère et les trois sœurs qui s'occupent de toutes les démarches.
Tonino a subi le désarroi de ses parents.
Le fait qu'ils ne maîtrisent pas la langue l'a freiné.
Il a un mal fou a entrer dans un roman.
En particulier les classiques auxquels il ne comprend rien, croyant lire une langue étrangère.
Lui qui rêve d'écrire.
Il s'attarde sur chaque membre de sa famille, en particulier ses sœurs.
Et cet enfant timide, un peu en retrait, finira par atteindre son but et devenir l'écrivain que l'on connaît.
La magie de la France pour lui, c'est ça : que des illettrés italiens aient pu donner naissance à un écrivain français.
S'il s'est inspiré de son expérience pour écrire ses romans, Tonino Benacquista nous livre ici une nouvelle facette de son talent avec son autobiographie.
Le tout écrit avec une grande sincérité et une grande humilité.

23,00
18 janvier 2022

Elisa est discrète, peu expansive, peu sûre d'elle, aime les livres.....
Béatrice est voyante, exubérante , sans complexes, aime internet.....
Leur milieu familial et social est différent.
Elles ont quatorze ans, et, malgré leurs différences deviennent amies.
Elles quitteront T., la ville de leur adolescence, pour commencer l'université à Bologne avec Lorenzo, l'amour d'Elisa.
Et puis c'est la rupture, avec Beatrice, avec Lorenzo.
Elisa, a trente-quatre ans, ne s'en est jamais remise et commence à écrire ce livre pour tenter de se retrouver.
On pourrait penser à « L'amie prodigieuse », livre qui m'avait « prodigieusement » agacée.
Deux filles amies en Italie.
Mais là, loin d'être agacée, j'ai beaucoup aimé.
Les personnages sont tellement bien cernés.
Un livre qui pose bien des questions.
Sur les amitiés adolescentes qui durent ou pas.
Sur l'être et l'apparence.
Sur la durée des livres et la fugacité des réseaux sociaux.
Sur la difficulté de devenir adulte.
Sur la relation aux parents qui évolue.
Sur les espoirs de l'adolescence et la réalité de l'âge adulte.
Cette plongée en Italie fut un régal et je quitte à regret Elisa et Beatrice aimantées l'une à l'autre malgré les années.

30 décembre 2021

Le mari de Tara est mort.
Elle ne s'en remet pas, coule, part à la dérive.
Et surtout ses souvenirs si bien enfouis ressurgissent comme un raz de marée.
Parce qu'en réalité, elle ne s'appelle pas Tara, mais Vijaya.
Et pour survivre, elle a enterré Vijaya au plus profond d'elle-même, mais la voilà qui ressurgit.
Son enfance heureuse (en Thaïlande peut-être?), et puis sa vie qui bascule quand ses parents sont assassinés.
Son passage chez l'ancien jardinier où elle devient chien fou sauf quand elle voit « le garçon »,
Et puis son enfermement au refuge, en tant que « fille gâchée »
Et puis le tsunami..... et Emmanuel, son mari maintenant mort.
Quelle belle et poignante histoire !
Et outre la beauté de l'histoire, il y a la beauté de l'écriture.
Natacha Appanah a un très beau style qui n'est propre qu'à elle.
Elle aime jouer avec les mots qui alors deviennent musique.
C'est un roman prenant dans lequel je me suis complètement immergée.
Et j'en ressors étourdie.

L'invention des livres dans l'antiquité

Belles Lettres

23,50
28 décembre 2021

Depuis toute petite, Irene Vallejo baigne dans les livres grâce à sa mère qui lui lisait énormément d'histoires.
Et l'écriture et les livres sont devenus sa passion.
Alors, avec un courage pharaonique, c'est le cas de le dire, elle a entrepris ce livre.
Elle est remontée aux toutes premières origines de l'écriture et de la transmission.
Depuis l'Antiquité jusqu'aux tablettes numériques, il semblerait qu'elle n'ait rien oublié.
C'est un travail pharamineux qui laisse sans voix.
Quel dommage que je sois si ignare en histoire !
Malgré cela, j'ai été passionnée et le fait qu'Irene Vallejo mêle des passages de sa vie personnelle et des faits et des références littéraires ou cinématographiques actuels, permet à une néophyte de mon espèce d'avoir suivi sans difficultés cette fabuleuse épopée de l'écriture, des livres et des bibliothèques.
J'admire énormément cette capacité à mener des recherches très précises et à conclure un livre si abouti.
On traverse à travers toutes les civilisations le long chemin qui nous a mené jusqu'aux lecteurs de babelio et de Navarre.
C'est une superbe aventure dans laquelle nous embarque l'auteure.