Les délices de Tokyo

Les délices de Tokyo

Durian Sukegawa

Albin Michel

  • 11 octobre 2017

    Japon, lèpre

    Qu'elles ont l’air délicieuses, ces pâtisseries concoctées par Tokue dans l’échoppe de Sentarô : pour la confection des dorayaki, le secret réside dans la préparation de la pâte de haricots. Et Tokue sait l’écouter murmurer, elle qui a tant souffert dans sa chaire. C’est ce que va découvrir Sentarô à cause d’une propriétaire malveillante. Aidé de Wakana, une jeune fille en marge, ils se prennent d’amitié pour la vieille dame et découvrent son terrible secret et la condition des lépreux au Japon. Un roman pas si doux qu’il n’y parait. Une omniprésence des cerisiers à travers les saisons.

    L’image que je retiendrai : Celle de la vieille dame, Tokue, apprenant à Sentarô à écouter.

    http://alexmotamots.fr/les-delices-de-tokyo-durian-sukegawa/


  • par (Libraire)
    7 juillet 2016

    Une petite douceur idélae pour élever son âme...

    Sentarô travaille dans une boutique qui fabrique des dorayakis, une patisserie japonaise à base de pâte de haricots rouges. C'est un homme malheureux qui n'aime pas son travail. Mais lorsqu'il embauche Tokue, une vieille dame, pour l'aider dans sa boutique, il ne sait pas à quel point sa vie va être bouleversée.
    Alors que Sentorô a pris l'habitude d'utiliser de la pâte de haricots industrielle, Tokue va lui apprendre à fabriquer cette pâte de manière artisanale, en écoutant les haricots mijoter, frémir... et aussi en leur parlant !

    Ce ne sont pas les qualités littéraires du roman qui m'ont fait craquer, il y a beaucoup de dialogues et assez peu de descriptions. Mais l'histoire est très émouvante et sonne juste. On se laisse embarquer par le personnage de Tokue, une vieille petite bonne femme qui apporte une saveur poétique au récit à travers sa tragique histoire et sa philosophie de vie.


  • par (Libraire)
    4 juillet 2016

    A Tokyo, Sentâro, pour rembourser une dette, gère une petite échoppe de doryaki, une pâtisserie à base d'une pâte aux haricots rouges. Il engage, presque malgré lui, Toku, une septuagénaire aux mains déformées pour l'aider dans la fabrication de la pâte. Au fil des jours et des semaine, elle lui transmettra bien davantge qu'une simple recette de pâtisserie : de l'espoir et de la confiance en lui pour reprendre goût à la vie. Amateurs (ou non ) de littérature japonaise, ne passez pas à côté de ce roman tout en délicatesse et retenue ; un roman beau et apaisant comme un cerisier en fleurs.


  • par (Libraire)
    18 mai 2016

    La voix des haricots

    Tokue, cuisinière exceptionnelle, sait parler aux haricots rouges. De ses doigts étrangement déformés, elle produit l'une des meilleures pâtes de haricots rouges qui compose les dorayaki, ces pâtisseries dont les japonais raffolent. Sentâro, malgré ses premières réticences, se décide à embaucher la vieille dame dans son commerce, ce qui ne tarde pas à faire doubler ses chiffres. Cependant, Tokue cache un secret qu'elle ne peut même pas partager avec Sentôro, cet homme en âge d'être son fils, avec qui une amitié nouvelle mais solide s'est nouée.

    "Les délices de Tokyo" est un petit bijoux de la littérature japonaise, à ranger aux côtés "Du restaurant de l'amour retrouvé". Cuisine, amour et spiritualité, émaillent ce récit aux milles saveurs. Tokue, vieille femme particulièrement attachante, cache un secret qui fait écho à l'Histoire du Japon que peu de lecteurs européens doivent connaître. Magnifique, émouvant mais aussi drôle et doux amer, "Les délices de Tokyo" est une véritable pépite. Très joliment adapté au cinéma par Naomi Kawase, il n'y a aucune raison de passer à côté de ce sublime roman japonais.


  • par (Libraire)
    14 mars 2016

    Un roman qui stimule vos papilles.

    Les délices Tokyo sont un hymne aux saveurs et à la découverte. Tokue une vieille dame dont les lignes de la peau laissent deviner une vie douloureuse rencontre un jour Sentarô qui accepte qu'elle lui transmette le rituel des "Dorayaki" célèbres pâtisseries japonaises à base de farine de haricots rouges.

    Cette rencontre va bouleverser la vie du narrateur et surtout l'inciter à reconsidérer le sens de l'existence.

    Un livre porté à l'écran début janvier de Naomi Kawase sélectionné à Cannes.


  • par (Libraire)
    5 mars 2016

    Les délices de Tokyo

    Sentaro tient une échoppe ou il fabrique des dorayakis, gâteaux traditionnels japonais. Il embauche une vieille dame Tokue qui lui apprend à confectionner la pâte de haricots rouges qui accompagne les dorayakis ...
    Un livre rythmé par la nature et par des relations humaines délicates, mais la dureté de la société japonaise est très présente.
    Un ouvrage plein de poésie et caractéristique de la littérature japonaise


  • par (Libraire)
    1 mars 2016

    Les saisons du cerisier

    La lecture des Délices de Tokyo nous plonge dans l'intemporalité de la culture japonaise, sa permanence jusque dans l'actuel et le fugitif. L'attention aux cycles de la nature, celui de la lune qui clôt le livre, les saisons du cerisier devant l'échoppe qui le ponctuent, est aussi importante que la finesse de la description des rapports de Wakana, Sentarô et Tokue. Autant que la hiérarchie des âges, des expériences, compte ce qu'on se dit et plus encore ce qu'on ne se dit pas : on le sait, ce n'est pas la céramique qui fait le vase mais le vide qu'elle contient.
    Lisez Durian Sukegawa, et ouvrez-vous à l'émotion qui vous submergera.