La Bourgogne gauloise
EAN13
9782842788506
ISBN
978-2-84278-850-6
Éditeur
BEAUX ARTS ED
Date de publication
Collection
ALBUM PATRIMOIN
Nombre de pages
98
Dimensions
28 x 21 x 0 cm
Poids
500 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

La Bourgogne gauloise

Dirigé par

Beaux Arts Ed

Album Patrimoin

Offres

ÉDITO
La Bourgogne gauloise? Les Celtes habitaient bien d'autres provinces françaises avant l'arrivée des Romains, c'est entendu. Mais c'est en Bourgogne que le destin de ce peuple s'est noué. Et c'est en Bourgogne que la découverte de trois sites majeurs a contribué de façon décisive à appréhender une civilisation qui ne nous était alors connue que par les récits partisans des Romains et jamais par les témoignages de ses habitants, ceux-ci ne maniant pas l'écriture. Depuis cinquante ans, le travail des archéologues, exemplaire, a permis sur ces trois grands sites la création de musées et de centres de recherche ouverts à un public passionné.
Voyageons dans le temps. A Châtillon-sur-Seine, visite d'un musée d'une richesse exceptionnelle; commençons par le célèbre cratère grec, le plus grand retrouvé en Europe, extrait en 1953 de la terre de Vix, près de Châtillon: difficile de concevoir qu'il a été transporté au Vie siècle avant notre ère d'Italie du Sud - il pèse 208 kg! - au profit d'une mystérieuse princesse qui semble avoir régné au coeur de cette région clé, où marchands et soldats venant du Rhône pouvaient accéder à la Seine navigable, puis voguer vers la Cornouailles, le pays de l'étain. Au Mont-Lassois, tout à côté, a été mise au jour une agglomération suffisamment organisée pour affirmer que l'habitat gaulois structuré date, non du Ile siècle comme on le pensait précédemment, mais bien de temps plus anciens.
Plus au sud, Alésia. Après les premières découvertes redevables à la passion de Napoléon III pour l'oeuvre militaire de César, puis une période d'abandon, les recherches reprises depuis quelques années ont donné de la bataille ultime d'Alésia un récit minuté, avec la mise au jour des traces de la double fortification édifiée par les Romains autour de l’oppidum, cause profonde de la défaite de Vercingétorix. Le spectaculaire Muséo-Parc, dont l'architecture a été confiée à Bernard Tschumi, nous offre aujourd'hui une vision saisissante de la bataille à l'aide des techniques les plus pointues: films en 3D, reconstitutions des machines de guerre, des uniformes, des armes des deux camps. Et remercions ses responsables d'avoir voulu mettre un terme, à cette occasion, à quelques clichés idiots sur les Gaulois qui perduraient depuis l'époque de Jules Ferry.
Enfin, plus au sud, Bibracte, la grande ville des Eduens, retrouvée sur le sommet du Mont-Beuvray. A l'étonnement des archéologues, elle s'étendait sur 200 hectares, était entourée d'un rempart de 7 kilomètres et a compté peut-être 10000 habitants du temps de César! Ville dont le court apogée s'inscrit au ler siècle avant J.-C. , avant que sa population ne migre à 20 km de là, vers Autun, où fut construite une ville neuve résolument romaine, mais aussi spacieuse que Bibracte, et comme elle pourvue de remparts. Au Mont-Beuvray, des fouilles majeures perdurent depuis le début des années 1980 et, outre le musée, pédagogiquement exemplaire, un centre de recherche accueille les visiteurs. C'est à Bibracte, sur ce site enseveli depuis vingt siècles sous la forêt du Morvan, que Fon peut comprendre vraiment la vie quotidienne des Gaulois avant l'arrivée de César, et de ceux que l’on a appelés ensuite les Gallo-Romains. Châtillon, Alésia, Bibracte, Autun: un voyage passionnant à travers sept siècles de notre histoire.

CLAUDE POMMEREAU
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Rafael Pic