Ma tante est un cachalot
EAN13
9782874261992
ISBN
978-2-87426-199-2
Éditeur
Alice
Date de publication
Collection
DEUZIO
Nombre de pages
320
Dimensions
21 x 15 x 0 cm
Poids
470 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Ma tante est un cachalot

Alice

Deuzio

Offres

Autre version disponible

Ma tante est un cachalot

Anne Provost

Traduction d'Emmanuèle Sandron

Le roman :

Anna mène une vie heureuse auprès de ses parents à Cape Cod. Sa tante, son oncle et sa cousine Tara s’installent dans la maison voisine, une vieille bicoque hantée par la sorcière Goody Hallett qui pétrifie la bouche de ceux qui trahissent les secrets.

Anna découvre que sa cousine Tara envoie des bouteilles à la mer. Quelle fille étrange… Pourquoi dit-elle à qui veut l’entendre que sa couleur préférée est le rouge car c’est celle qui dit « Stop » ?

La mère de Tara se suicide. « Maman a vu quelque chose qu’elle ne voulait pas voir », dit la jeune fille avant de se réfugier dans les dunes, le regard vide.

Anna ne sait pas comment réagir. L’annonce qu’un banc de baleines vient de s’échouer sur la plage arrive presque comme un soulagement. Elle va pouvoir agir ! Pour Tara aussi, c’est une occasion inespérée. Les deux cousines participent avec ardeur à l’opération de sauvetage, comme si, en sauvant les baleines, elles sauvaient ce qui est en péril en elles.

Donnant le meilleur d’elle-même pour ramener un baleineau à la vie, Tara va peu à peu se mettre à parler et révéler à Anna la relation incestueuse que lui impose son père. Et non, aucune sorcière ne va la pétrifier ! Et oui, la parole est libératrice. Une nouvelle vie commence pour Tara.

Ce qu’il faut en penser :

Au-delà de la question centrale de la survie après l’inceste, il est aussi question du droit à la différence, de la difficulté de s’exprimer propre aux ados et, thème magnifiquement porteur qui ouvre les horizons des deux adolescentes, de la défense des baleines, véritable tuteur de résilience pour Tara.

Bien peu d’auteurs ont osé aborder le thème de l’inceste dans la littérature pour la jeunesse. Anne Provoost le fait avec tact, franchise et intelligence, en montrant les dégâts que peut provoquer l’inceste auprès de la victime et de toute sa famille, et en affirmant qu’il est possible de s’en sortir.

Le livre a reçu le prix interprovincial de la littérature jeunesse (attribué tous les trois ans) et le Boekenleuw, prix annuel récompensant le meilleur livre jeunesse en Flandre. « Mijn tante is een grindewal » a été traduit en anglais, allemand, danois, norvégien, suédois et portugais.

L’auteur :

Née en Belgique en 1964, Anne Provoost a étudié les langues germaniques à Courtrai et à Louvain. Après ses études, elle gagne un concours de nouvelles organisé par l’hebdomadaire Knack et s’installe pour deux ans aux États-Unis. C’est là qu’elle commence à écrire « Ma tante est un cachalot », son premier roman, qu’elle publiera en 1990. Elle vit aujourd’hui à Anvers avec son mari et ses trois enfants. Elle a également publié Le piège (paru au Seuil en 1997 – seul livre traduit en français), qui a été adapté pour le cinéma, ainsi que trois autres romans. Ses livres ont reçu de nombreux prix. Anne Provoost jouit d’une grande réputation en Flandre et est régulièrement invitée dans les écoles à parler de son œuvre.

Anne Provoost a été l’hôte du Salon du Livre de Paris en 2003 dans le cadre de l’opération « À la découverte de la Flandre et des Pays-Bas », où elle a été interviewée par Marie Desplechin, qui ne cachait pas son enthousiasme.

Liste complète de ses publications et de ses prix sur : www.anneprovoost.be

La traductrice :

Emmanuèle Sandron est lectrice chez de nombreux éditeurs et traductrice littéraire pour Actes Sud, Le Rouergue et Albin Michel (les enquêtes du commissaire Van In de Peter Aspe). Pour Alice Jeunesse, elle a traduit Le jour où j’ai rencontré un ange, Moi et Finn, Mistik Lake, La Question de 10h du soir, L’Arche part à huit heures et Je suis un phénomène, et supervisé la traduction du Cri du Petit Chaperon rouge. Elle a été récemment élue au conseil d'administration de l'ATLF (Association des Traducteurs littéraires de France) et collabore à la Quinzaine littéraire.
S'identifier pour envoyer des commentaires.